Atteinte à la vie Privée

La vie privée perturbée par les dashcam

La dashcam est de plus en plus plébiscitée actuellement par les médias et les assureurs. Elle est utilisée dans de nombreux pays. Plus que conseillée, elle est même parfois rendue obligatoire, que ce soit par les assurances ou la loi. Elle aide à limiter la fraude et abus de policiers peu scrupuleux .

Petite caméra espionne, véritable boite noire du véhicule. Elle observe tout, enregistre, sert de preuve devant les tribunaux. Photographie votre plaque d’immatriculation à des centaines de mètres.

Elle Repère les incivilités. Connecté en WIFI à votre téléphone elle peut même diffuser une vidéo en direct sur les réseaux sociaux.

Elle ne laisse plus de place à l’interprétation. Elle bannie les rapports humains et la confiance mutuelle lors des sinistres. Elle permet de contester une contravention, peu évidente !

Leurs objectifs de qualité, avec leurs visions grand angle, perçoivent tout. Elles peuvent photographier un numéro de plaque d’immatriculation à plus de 500m. Il existe de nombreux types de caméras.


Dashcam et vie privée

Un marché en forte croissance

Elles se font leur place, on y voit notre intérêt, nous voulons avoir la nôtre. Enormément de vidéos sont partagées sur les réseaux sociaux, parfois sans filtre.

Alors est-ce réellement un progrès ? Que dit la loi ? Qu’en disent les usagers ? Que faut-il faire ? Y a-t-il un risque d’atteinte à la vie privée ?

Comment beaucoup de sujets concernant l’observation permanente des citoyens, les réponses sont complexes. Elles ne font jamais l’unanimité. Chacun y va de son jugement, de son avis, de son expérience. L’atteinte à la vie privée effraie.

Après les Webcam est le phénomène GoPro, être filmé en permanence commence à faire son chemin. C’est en train de devenir une évidence pour les nouvelles générations de posséder une dashcam.


Des abus

Pourtant là, ou l’objet pourrait permettre de rassurer et de limiter les mésententes. Il sert également certains abus.

Certains chauffards se filment avec lors d’excès de vitesse, de dérapages, d’exploits sur route ouverte. Rendant l’utilisation de la dashcam extrêmement dangereuse pour les autres usagers.

C’est un outil à double tranchant qui a pour vocation de rendre le conducteur constamment surveillé responsable. Mais qui l’incite également aux exploits et à leur diffusion sur les réseaux sociaux.


Vidéos prises en Russie


La loi

Aujourd’hui la loi n’interdit pas de filmer et d’être filmé sur la voie public. Elle permet même d’utiliser les images devant un tribunal en cas de litige.

Mais la multiplication des caméras de surveillance, des caméras d’actions, des dashcam, à une époque où l’observation faciale devient monnaie courante peut effrayer. Il faut trouver des moyens de protéger sa vie privée.

Respect de la vie privée - dashcam

Leur arrivée en France commence à soulever plusieurs interrogations. Elles font pourtant fureur en Asie et en Russie. Aux Etats-Unis, tous les véhicules en sont équipés à leur sortie.

Dans ces pays où la corruption est légion, où il arrive régulièrement de voir quelqu’un se jeter sur un capot pour faire du chantage à l’assurance. Pour avoir des preuves lors de sinistres que les assureurs n’aiment pas indemniser. Il est compréhensible qu’elles fleurissent.

Mais en France la situation est toute autre. Même si le renforcement du code de la route année après année crée une atmosphère de suspicions. Les conducteurs sont devenus méfiants. Il y a de plus en plus d’automobilistes sans assurance. Nous avons envie de nous protéger, et c’est bien normal.

Les dashcam ont-elles une vraie valeure juridique ?

La vidéo mobile ne dispose pas encore aujourd’hui d’un cadre juridique spécifique. En cas de déli ou de litige, c’est le juge qui, seul, peut décider ou pas de la prise en compte d’une preuve vidéo. Effectivement, nous avons pris connaissance de plusieurs cas dans lesquels la vidéo avait été utilisée comme preuve lors du jugement.

Il n’est pas interdit de filmer, il est par contre interdit en france de diffuser des vidéos sans l’accord des personnes présentes sur le film. Une caméra de surveillance pour voiture, n’a pas pour utilité de filmer le comportement des gens, mais de surveiller le champ de vision du véhicule. Il n’est pas interdit de prendre des photos dans la rue, ni des vidéos. Il vous est certainement déjà arrivé lors de vos nombreux voyages de ramener des souvenirs photohraphiques, et même parfois de les diffuser sur facebook et instagram. Il existe un grand flou sur le droit ou non de communiquer de cette facon. Il s’agit plus d’une tolérance.

En cas de sinistre il est donc important d’avertir iméditatement la personne filmée. Celle-ci doit en effet être avertis en cas de désacord. Elle doit ensuite vous signifier son accord ou non pour la communication des images. Cela ne change rien au fait qu’ensuite vous pourrez soumettre la vidéo en cas de proécudre juridique.

Il arrive parfois que lors de la prise de plainte, la vidéo ne soit pas acceptée par les autorités. Il est important d’insister pour que cela soit mentionné.


Les assurances ?

La France a encore un peu de retard concernant l’intérêt des assureurs à promouvoir l’objet. La précipitation n’est pas encore de mise. Mais les initiatives apparaissent et permettent de lancer le débat. Il n’est pas interdit de penser que dans les années à venir la France va suivre le chemin tracé par ses voisins. L’Angleterre par exemple qui a vu l’installation de dashcam fortement progresser ces dernières années. Même si il n’y a pas les mêmes contraintes dans les pays anglophones sur le respect de la vie privée.

Il y a fort à penser que certaines lois vont apparaitre, qu’on pourra s’appuyer sur des jurisprudences. Que les assureurs forts de leurs premières expériences vous définir des règles.  

Il va falloir réellement se poser la question du respect de la vie privée. Beaucoup de ces objets permettent de s’y connecter via le WIFI. Il va falloir trouver des parades pour éviter le piratage et légiférer.


Conclusion :

Cet équipement, certes très intrusif, ne pourra percer que si le marché est boosté par les’assureurs. Il va certainement alimenter les débats, se faire une place au milieu des batailles que se livrent les assureurs. Il soulèvera très certainement des questions sur le respect de la vie privée et c’est une bonne chose. Le flou juridique existant actuellement va certainement faire place à des réglementations plus structurées.

Vous pouvez retrouver nos produits ici :

Source : news autojournal

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défilement vers le haut